Les infractions au code de la route en Algérie

Tout automobiliste est soumis au respect des règles du Code de la route du pays dans lequel il circule : en cas d’infraction, il est passible des mêmes sanctions que celles qui peuvent être prononcées à l’encontre des ressortissants du pays concerné.

Si vous êtes amenés à conduire en Algérie, il vous faudra donc respecter les règles du Code de la route algérien : nous attirons votre attention sur les lourdes sanctions encourues en cas d’infraction.

Le permis de conduire peut ainsi vous être automatiquement retiré (peu importe la gravité de l’infraction commise).

Le retrait de permis peut l’être pour une durée allant de 10 jours (en cas de contravention) à 6 mois : c’est lors de votre passage en commission, que la durée du retrait sera déterminée.

Les infractions sont sanctionnées selon leur gravité : cela va d’une peine d’amende à une peine d’emprisonnement ; vous trouverez dans le document PDF ci-dessous lien le détail des sanctions encourues (article 65 et suivants).

PDF - 487.3 ko
Ordonnance 09-03 du 22 juillet 2009


Les autorités de police sanctionnent massivement les excès de vitesse (attention, hormis quelques nouveaux axes autoroutiers, en général la vitesse sur autoroute est limitée à 80 KM/H) : vous trouverez en Algérie des radars fixes mais aussi mobiles. Les autorités sont également vigilantes quant à l’utilisation du téléphone portable au volant : des motards contrôlent régulièrement cet usage passible d’une contravention de 3ème degré (c’est-à-dire d’une amende allant de 2000 à 4000 dinars, et d’un retrait de permis durant trois mois).
_

publié le 04/11/2013

haut de la page